Naissance

 Contexte et circonstances de la Naissance de l’Alliance Citoyenne pour l’Education

Le contexte actuel :

L’école publique tunisienne qui a longtemps constitué une fierté du temps de nos parents et un ascenseur social pour tous les Tunisiens se trouve aujourd’hui dans une situation désastreuse. En effet, nous observons une baisse du niveau scientifique, un manque d’éthique des apprenants, des infrastructures détériorées, une absence de bonne gouvernance, une diminution du budget alloué à l’éducation, des méthodes d’encadrement et de formation continue éculées, et une crise d’employabilité des diplômés.

La réforme de l’éducation  lancée par les autorités de tutelle et ses lacunes :

Aujourd’hui, en vue d’apporter des solutions, le Ministre a créé t une commission mixte restreinte en charge de développer un plan de réformes qu’il semble vouloir mettre en place dès septembre 2014. Cependant, malgré l’importance du sujet, Les travaux de cette commission ne sont pas publics, la méthodologie adoptée n’est pas exposée et le calendrier fixé à deux mois semble totalement irréaliste.

Le Ministère de l’Education a opté pour une formule pour le moins simplifiée. Il a commencé par y consacrer une seule journée à Tunis au Palais des Congrès. Les gens inscrits au préalable et ayant la chance de participer pouvaient alors présenter leur réflexion pendant seulement cinq minutes. Un courrier a avisé le reste des associations qu’elles allaient être invitées pour la consultation régionale qui s’étalera sur deux mois. Or, une autre consultation régionale menée par des commissions scolaires est déjà en cours dans les établissements éducatifs. Cette consultation, conduite par des partenaires sélectionnés au préalable et appelés à diriger des tables rondes d’une journée chacune dans les régions, intervient en pleine période d’examens et de correction. Elle n’a  jamais fait l’objet d’un dévoilement médiatique en bonne et due forme. Son contenu, ses axes, son agenda n’a jamais été révélé au public.

Réformer ne se limite pas à formuler un projet composé d’un ensemble de points mais plutôt à déterminer un plan d’action cohérent, à définir un ensemble de mécanismes visant à assurer la viabilité du projet et sa mise en œuvre. Les enseignants et les inspecteurs se rappellent certainement de l’expérimentation de l’Approche par Compétences en 1995-1996 et surtout de sa généralisation en 2000-2001. A défaut de prendre le temps de réfléchir pour bien agir auprès des enseignants en leur fournissant les formations requises, à défaut d’agir au niveau des établissements en renforçant les capacités des directeurs d’écoles et faute d’une bonne mesure des résultats en développant les instruments indispensables pour déterminer l’impact de la réforme, le projet était voué à l’échec.

L’importance d’une vraie réforme :

Or Il s’agit aujourd’hui de faire face à un enjeu majeur qui consiste à réformer le système éducatif en vue de former des citoyens responsables, éveillés, capables d’intégrer le milieu du travail et d’évoluer aisément dans un milieu économique compétitif et évolutif. Cette réforme est donc déterminante pour la Tunisie car elle aura un impact tant financier que social sur nos enfants et sur les générations futures.

 

Il incombe à tous d’œuvrer pour une réelle vision, de définir une méthode de travail claire et efficace, de nous assurer que la démarche est constructive, de faire preuve de transparence et d’impliquer tous les acteurs en vue de déterminer une vision partagée par tous et surtout de faire appel aux compétences nationales expertes en la matière. C’est dans ce contexte que l’Alliance Citoyenne pour l’Education a vu le jour pour essayer d’apporter son expertise, travaux de réflexions et faire un sorte que le processus de réforme ne soit pas bâclé.