Notre méthode

L’Alliance Citoyenne pour l’Education est un groupe homogène, comprenant des citoyens tunisiens venus de plusieurs horizons, des enseignants du primaire et du secondaire, des universitaires, des parents d’élèves, des inspecteurs de l’éducation, des ingénieurs, des syndicats, des associations travaillant sur les questions de la citoyenneté, de la démocratie, de l’enfance, de l’urbanisation, de l’environnement, de l’accès à la culture et au savoir, de l’insertion des handicapés dans la vie active, de l’égalité des chances entre hommes et femmes, de la démocratie participative, de la réforme de l’université Tunisienne… etc.

Ces horizons multiples font la richesse de l’Alliance Citoyenne pour l’Education et renforcent sa vision globale quant à une réforme en profondeur du système éducatif en Tunisie. Pour garantir une efficacité maximale à notre Alliance et pour nous montrer constructifs et responsables, nous avons opté pour une méthode de travail à la fois scientifique et structurée qui se résume dans les points suivants :

Un Processus constructif, méthodologique, inclusif et scientifique :

  • Echange d’expertises, de données, de savoir-faire et de propositions entre les différentes composantes de notre Alliance dans une dynamique inclusive interactive de « va et viens » (une dynamique de concertation mutuelle) visant à mettre tous les acteurs du domaine ensemble en présence d’experts dans tous les domaines de l’éducation.

*L’objectif de l’échange entre les différentes composantes est de fournir les éléments servant à établir l’état des lieux du système éducatif.

* La présence des experts dans le domaine de l’éducation transformera les données fournies par les composantes de notre Alliance à un diagnostic scientifique permettant de tracer l’état des lieux de l’éducation en Tunisie d’une façon professionnelle, globale et scientifique.

Il est à signaler que le processus actuel mené par les autorités de tutelle manque à cette méthode et ne fait que du « brainstorming » arbitraire sans interactivité entre les composantes, sans mettre tous les acteurs de l’éducation ensemble et sans accompagnement par des experts de l’éducation ce qui fait de ce processus une séance de thérapie collective plutôt qu’un  travail scientifique constructif et évolutif.

Le respect des principes de la démocratie participative et de la transparence :

L’ACE tâchera de mettre en valeur tous les travaux scientifiques, toutes les publications, toutes les études faites par les différentes associations en relation avec l’école, l’environnement de l’école, la citoyenneté, le rôle de l’art dans le processus du savoir etc. L’ACE tiendra à rester en concertation ouverte et à transmettre toutes les propositions de la société civile à nos experts et analystes. Une fois un projet est élaboré par nos experts, il sera soumis de nouveau aux différentes composantes de l’ACE pour discussion détaillée avant de fournir un projet final.

Il est à signaler que le processus de réforme mené par les autorités de tutelle a exclu plusieurs composantes de la société civile du débat et se caractérise par une opacité remarquable et par un manque de communication avec les citoyens.

La profondeur de notre démarche :

L’Alliance Citoyenne pour l’Education considère la réforme de l’école comme la réforme la plus importante pour la Tunisie. Sans  réformes en profondeur du système éducatif, la Tunisie risquerait d’échouer en matière de citoyenneté et de démocratie ; elle risquerait également de compromettre ses chances de progrès en matière de savoir et des technologies. Il est de notre devoir citoyen d’assumer notre responsabilité envers la patrie de ne pas nous montrer passifs contre toute tentative de bâcler un dossier d’une aussi grande importance pour le pays.

Tandis que les autorités de tutelles pensent que deux mois sont suffisants pour préparer et adopter une réforme du système éducatif, l’Alliance Citoyenne pour l’Education affirme, tout en se basant sur les avis d’experts nationaux et internationaux, qu’un vrai plan de travail, une vraie procédure de réforme et un travail de réflexion en profondeur prendront entre deux et trois ans.

L’ouverture sur l’expérience internationale :

Il est primordial d’impliquer tous les partenaires dans le système éducatif d’une façon interactive et inclusive, mais aussi en tenant compte des avis des experts. Il est également important pour l’Alliance Citoyenne pour l’Education de prendre acte des expériences internationales réussies en matière de l’éducation et d’établir un échange fructueux avec leurs initiateurs. Nous avons d’ores et déjà établi des contacts avec des partenaires académiques, scientifiques, pédagogiques internationaux pour enrichir l’expertise locale et tirer profit de leurs expériences.

Nous constatons que rien n’a été fait en la matière au cours du processus actuel mis en place par les autorités de tutelle.

Méthode de mise en place du processus :

Hormis les points méthodologiques mentionnés dans les points précédents. Nous comptons organiser une série de workshops et de conférences rassemblant tous les acteurs dans ce processus. Ces travaux seront couronnés par des publications et des rapports de synthèse avec des conclusions et des recommandations bien précises.

Un travail de sensibilisation auprès des citoyens, des institutions et des différents pouvoirs et autorités :

L’Alliance Citoyenne pour l’Education compte organiser des conférences de presse, tourner des vidéos et organiser des réunions de travail et des rencontres pour le but de sensibiliser tous les citoyens et les différents pouvoirs à l’importance de mener une réforme constructive et approfondie. Notre objectif majeur consiste à convaincre les Tunisiennes et les Tunisiens que la réforme de l’éducation est « la mère de toutes les réformes ». Maximiser les chances d’une réforme réelle est un garant de la marche de notre pays vers la construction de la citoyenneté, de la démocratie, de l’Etat de droit et d’une société moderne et développée. Une fois notre projet est élaboré, nous entamerons la démarche de créer un plaidoyer auprès de toutes les instances du pouvoir.

Recours aux procédures juridiques pour s’opposer à l’adoption d’un travail bâclé :

Notre devoir de citoyens responsables nous imposera de faire recours à toutes les procédures légales pour empêcher le passage d’une réforme bâclée et imposée contre la volonté des citoyens.